Afin de célébrer les 35 ans du festival Juste pour rire, nos humoristes préférés décortiqueront l’ADN de l’humour cette semaine. Voici un récapitulatif du premier spectacle de la série, soit « Juste Personnages » animé par Rachid Badouri et Éric Antoine.

Lors d’une entrevue réalisée avec Rachid Badouri, l’humoriste originaire de Laval nous avait confié que les personnages étaient la genèse de l’humour. Maintenant que la barre est placée bien haute, le duo d’animateur avait un fort mandat d’impressionner le public réuni à la salle Wilfrid-Pelletier le dimanche 16 juillet.

Après un numéro d’introduction des deux animateurs qui n’a pas nécessairement fait lever la foule, le premier invité était nul autre que Les Denis Drolet. Est-ce qu’on peut les considérer comme un personnage ? C’était un peu la question autour de laquelle tournait leur sketch. Un passage trop rapide sur la scène pour les bruns!

En plus d’Éric Antoine — et son fameux jeu de cartes —, Vincent C. est venu présenter un tour de magie. Cependant, est-ce qu’un magicien est réellement considéré comme incarnant un personnage? J’ai besoin de votre avis.

Par la suite, Rachid Badouri a campé le rôle d’un papa qui parle à sa fille qui vient de naître : « Tu pars avec trois prises : tu es arabe, tu es une fille et tu habites à Laval ». Sans oublier, le fameux classique : « Quand tu feras l’amour pour la première fois, papa sera là … avec son gun ». Pour la première fois de la soirée, la foule s’est levée de son siège à la fin de son numéro.

Par la suite, Issa Doumbia a fait sensation en interprétant un aide-conducteur. En fait, il a été aidé par un homme du public qui ne s’est pas gêné pour embarquer dans le jeu. L’humoriste français s’est exclamé : « Si tu n’es pas raciste, prouve-le » en approchant sa bouche de son invité. Quelques secondes plus tard, il a rajouté : « Ouin, tu as mis le paquet ». La foule a été conquise, il a même mérité deux ovations debout!

IMG_5709

Afin de célébrer les 35 ans de Juste pour Rire, Patrick Groulx a ressorti des boules-à-mites son personnage du Curé Poirier. Malheureusement, le numéro a été un peu décousu. Sinon, le concept était très intéressant à la base.

Par la suite, Sylvain Larocque est venu présenter quelques blagues rapides. Il en a profité pour écorcher le petit Jérémy : « Il a prouvé lors de son procès qu’il est bon … pour faire du chantage ».

Dans le dernier droit de la soirée, Alexandre Douville a bien fait sourire le public avec son autodérision sur lui-même et sur son physique.

Pour clore le gala, Supersalopard (Rachid Badouri) et Œil de Faucon (Éric Antoine) sont venus jouer les superhéros en chassant le vilain (Anthony Kavanagh). Un petit moment sublime!

IMG_5899