Inspirée par ses années d’étudiante au Convervatoire de musique de Québec, la chanteuse et comédienne Frédérike Bédard, a décidé d’unir deux univers musicaux et temporels : les compositeurs britanniques de rock progressif des années 70 et les compositeurs anglais du 17e siècle dans le spectacle Crystal Tears présenté cette semaine à la Maison de la culture Maisonneuve.

Pour la création et les arrangements, elle a fait équipe avec Marc Vallée. En plus, de se charger de la direction musicale, ce dernier l’accompagne à la guitare, ainsi qu’au lap steel, à la clarinette basse et à la voix. De talentueux musiciens dont la réputation n’est plus à faire sont aussi de la partie : Vincent Réhel aux claviers, Mario Légaré à la basse et Christian Paré aux percussions.

Le spectacle commence avec une adaptation planante de la pièce Silver Swan d’Orlando Gibbons qui met la table pour le reste du spectacle. Dès le début, on est séduits par la voix de Frédérike Bédard, qui se prête autant au chant classique qu’un rock progressif.

Méconnaissable texte de Shakespeare

Suit ensuite une version méconnaissable d’un texte de Shakespeare, It Was a Lover and His Lass. Cette adaptation rythmée de l’œuvre shakespearienne était l’une des meilleures chansons de la soirée. Elle pourrait sans doute aisément vivre par elle-même.

Parmi les autres pièces surprenantes, on ne saurait passer sous silence This is the Record of John d’Orlando Gibbons.  Pour cette chanson issue d’un texte tiré de la Bible, les concepteurs ont décidé de mêler les chants liturgiques à des rythmes nous rappelant la batterie de Phil Collins à l’époque du groupe Genesis.

Flow my Tears, Sing We And Chant It, Dido’s Lament et Go Crystal Tears ont suivi. Le solo de guitare acoustique de la chanson qui a inspiré le titre du spectacle était tout simplement magnifique. Puis, The Fall of the Leafe, April is in my Mistress’ Face et Come Again sont venues clore le spectacle.

En conclusion, même trois siècles séparent les œuvres originales des chansons qui ont inspiré les nouveaux arrangements, le mariage des deux styles est définitivement heureux.

Crystal Tears est à l’affiche de la Maison de la culture Maisonneuve jusqu’au 21 avril.