Les plaines d’Abraham ont été envahies par les festivaliers pour le concert de la formation rock britannique The Who qui a marqué plusieurs générations. 

The Who s’est donné comme mission de faire voyager les spectateurs à travers sa longue carrière et le pari a été gagné si on en juge l’accueil de la foule. Même si le nombre de festivaliers n’était pas à son maximum, ces derniers ont eu droit à une raclée de rock assez robuste et solide.

Un peu comme l’a fait plusieurs groupes au FEQ, The Who a présenté au public de Québec ses meilleurs succès : une recette qui est toujours gagnante. La preuve, la plupart des pièces étaient accueillies avec des cris de joie, ce qui ne faisait que décupler l’ambiance sur les plaines d’Abraham.

Dès les premières mesures d’I Can’t Explain, la foule s’est laissée embarquer en criant des « Who, Who, Who ». Disons que le ton de la soirée était donné et personne ne s’en plaignait. The Seeker et Who Are You ont eu le même effet. D’autres grands tubes ont été entendus durant la soirée comme My Generation, Behind Blue Eyes et Baba O’Riley jouée en rappel.

Encore en forme

Notre combo anglais, le guitariste Pete Townshend et le chanteur Roger Daltrey , était visiblement en forme y allant de « Salut Québec » et autres formules sympathiques. Les gens étaient réceptifs et amusés par ces répliques. Les septuagénaires ont offert une présence scénique plutôt correcte. Sans que ce soit agressant, les images venaient soutenir les chansons.

Quand on les regarde attentivement, on se demande s’ils font vraiment leur âge tellement ils sont à l’aise et ils bougent allègrement. Ils me font penser un peu aux Rolling Stones. Je suis encore surpris que Roger Daltry avait une voix puissante à faire rougir les plus jeunes. Malgré tout, ce n’était pas non plus une performance physique phénoménale, mais ils avaient de l’énergie à revendre. Et c’est l’important.

Si le rythme a été un peu plus lent dans la première partie du spectacle, la suite, avec les pièces tirées de Quadrophenia, a donné une second souffle à la prestation. Il y avait un je-ne-sais-quoi de plus dynamique qui coulait mieux. Le segment portant sur l’opéra-rock Tommy proposait cette même énergie.

Le rappel, qui comprenait Baba O’Riley et Won’t Get Fooled Again, a fait mouche. Disons que ces deux morceaux concluaient bien la prestation et la foule était encore émerveillée. En terminant, Townshend a souhaité pouvoir revenir jouer dans la Belle Province. Avec leur âge vénérable de 72  et 73 ans respectivement, Peter Townshend et Roger Daltry peuvent dire qu’ils venaient à Québec pour la première et sûrement … la dernière fois.

The_Who_FEQ_2017_17

Liste des titres

I Can’t Explain

The Seeker

Who Are You

The Kids Are Alright

I Can See for Miles

My Generation

Behind Blue Eyes

Bargain

Join Together

You Better You Bet

I’m One

The Rock

Love, Reign O’er Me

Eminence Front

Amazing Journey

Sparks

Pinball Wizard

See Me, Feel Me

Listening to You

Baba O’Riley

Won’t Get Fooled Again