Le dimanche 14 mai, la crème de la communauté artistique québécoise s’est dirigée au Théâtre Denise-Pelletier pour assister à la 32e édition du gala Artis. Voici mes entrevues réalisées avec les différents vainqueurs quelques minutes après leur consécration. En prime, vous pouvez voir notre reportage sur le tapis rouge animé par la chanteuse Raffy.

082

ÉRIC SALVAIL – Personnalité masculine & Animateur de magazines culturels et talk-shows

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je me sens très bien. Depuis 4 ans, le public me rend heureux. Je pense que c’est mon 11e ou 12e Artis », s’est-il exclamé avant de remporter une nouvelle statuette.

Pourquoi le public aime En Mode Salvail?

« L’authenticité, je pense que les gens nous voient. On est dans le salon du monde tels qu’on est, les gens aiment cette transparence. Je suis pareil dans ce show-là que dans la vie et je pense que les gens apprécient ça. Comme on met beaucoup notre public en vedette – avec la sollicitation sur Facebook et dans nos topos – les gens s’y retrouvent ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« Probablement quand j’ai gagné mon premier trophée Artis. C’est très émouvant quand on gagne un premier trophée. La première d’En Mode Salvail aussi, car je ne savais pas où je m’en allais à ce moment ».

088

GUYLAINE TREMBLAY – Personnalité féminine & Rôle féminin séries dramatiques annuelles (Unité 9)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« J’en suis très heureuse. C’est de l’amour, de l’amour et de l’amour. Alors, je suis vraiment contente. Oui, je suis très reconnaissante et très contente. Ça me bouleverse à chaque fois et on ne s’y habitue pas. Je m’accrochais à Janette Bertrand et je tremblais ».

Pourquoi le public aime Unité 9?

« Le texte, c’est une histoire qu’on rentre dans un monde qu’on ne connaissait pas – la prison pour femmes. Le succès, c’est un ensemble de facteurs tels que la réalisation, les acteurs, la musique, le montage »

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« My god! Ma carrière n’était pas commencée, mais c’est quand j’ai été acceptée au Conservatoire de théâtre parce que je savais que mon rêve pouvait commencer ».  

097

GUY JODOIN – Animateur d’émissions de jeux (Le tricheur)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je suis très content parce qu’on travaille tellement fort sur ce projet et on essaie de toujours repousser. Ça fait environ 6 ans qu’on travaille là-dessus, mais je suis encore excité de tourner Le tricheur. J’en tourne en août et j’ai hâte.  Le 11 août, je connais la date. J’ai hâte et j’adore ça mais il ne faut pas qu’on s’endorme. Si je m’endors dans un tricheur qui est tout le temps pareil, je vais être triste. Mais, si les gens autour de moi me challenge et qu’on réussit à changer juste un peu Le tricheur, je suis là pour un petit bout ».

Pourquoi le public aime Le tricheur?

« Je pense que c’est un gros party de famille, je pense qu’on ne se prend pas au sérieux, je pense qu’on voit les artistes sur un autre angle. D’habitude, on voit les artistes qui ont l’air intelligent, mais on est comme content de voir qu’ils se sont trompés, de voir leurs failles. En même temps, ça se fait avec plaisir, on se tire la pipe un peu et je les agace ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« Je pense que c’est Dans une galaxie près de chez vous. J’aime tellement la gang, j’ai tellement aimé ça travaillé 65 émissions, c’est des gens drôles et à l’écoute. C’est sûr qu’un troisième film, n’importe quand! ».

Quel est ton moment fort de ta soirée à l’animation?

« C’est sûr que la finale pour moi, c’était quelque chose de pouvoir faire un rap avec 65 nommés. Apprendre ça par cœur, ça fait longtemps que je travaille là-dessus et j’ai travaillé plusieurs heures pour 1 minute et 3 secondes. Ça me faisait de quoi quand j’ai écorché quelques noms, mais c’est ça le direct tu y vas et tu fonces. Je pense que la beauté est dans l’imperfection ».

077

CHARLES LAFORTUNE – Animateur d’émissions de variétés ou de divertissement (La Voix & La Voix Junior)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je suis très content d’avoir gagné. Moi, je suis de ceux qui vont dans un gala et qui veulent gagner. On n’est pas supposé dire ça, je sais que les gens disent que la réponse politically correct est que c’est juste le fun de participer. Mais non, quand je m’assoie là, je suis un peu déçu si je ne gagne pas et je suis très heureux quand je gagne ».

Pourquoi le public aime La Voix?

« Je pense que c’est le talent, c’est eux qui arrivent-là et c’est le dépassement de soi. Pour le métier d’animation, c’est juste d’être soi-même. C’est le seul pari qu’on peut faire parce qu’on ne veut pas être un personnage car les gens le sentent et ça ne marche pas. Il faut avoir du jugement et de la proximité ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« On a fait une spéciale avec Céline Dion pour L’école des fans, ça avait été incroyable. On avait eu 3 millions de cotes d’écoute, ça avait été complètement fou. Le lendemain matin, TOUT LE MONDE en parlait. Cet épisode, c’était bien plus gros que La Voix ».

086

DENIS LÉVESQUE – Animateur d’émissions d’affaires publiques (Denis Lévesque & Le Québec parle)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« C’est un grand cadeau. Cette année, c’est la consolidation. Chaque année, on se demande si on continue. Cette année, est-ce qu’on est encore pertinent? On est en brainstorming sur ce qu’on fait l’année prochaine. Quand on reçoit le prix, ça marque et il faut continuer dans cette voie. Ça va aider à faire ma réflexion ».

Pourquoi le public aime l’émission Denis Lévesque?

« Je pense que les gens ont compris que c’était la tribune pour monsieur, madame tout le monde. Quand ils subissent la lourdeur de la bureaucratie, ils savent que je suis là pour eux ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« Je pense que c’est quand j’ai fait une entrevue avec René Levesque à la radio au Saguenay, un an avant sa mort. Je devais avoir à peu près 25-27 ans, ça avait été un super beau moment de radio ».

085

DAVE MORISSETTE – Animateur d’émissions de sport (Dave Morissette en direct & Destination Coupe Stanley

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je commence à décompresser un peu. C’est tellement un beau moment mais ça vient me chercher tout mon énergie ».

Pourquoi le public aime l’émission Dave Morissette en direct?

« Ce sont les gens avec qui je travaille. Comme dans le sport, tu es aussi bon que les gens qui t’entourent. Je pense que les gars – les athlètes et les analystes – qui viennent en entrevue sont exceptionnels. Je pense qu’on a beaucoup de plaisir et je veux que ça se promène sur le plateau. C’est ce qui nous différencie des autres, c’est qu’on n’est pas assis durant une heure ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle en tant qu’animateur?

« Dernièrement, j’ai fait de la boxe. J’avais interviewé Lucian Bute après sa dernière défaite. Souvent, j’ai la chance de changer de rôle et j’ai vraiment aimé ça sérieux ».

069

PIERRE BRUNEAU – Animateur de bulletins de nouvelles (TVA Nouvelles)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je suis toujours un peu nerveux avant et j’essaie de relativiser les choses. Mais, il reste que c’est toujours un peu stressant. Je suis un privilégié dans ce métier. Je le prends avec beaucoup de bonheur. Quand je vois mes statuettes tous affichées les unes des autres, je me dis que c’est beaucoup d’amour ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« C’est celui que je vis présentement. Honnêtement dans la carrière, on dit que c’était mieux avant qu’aujourd’hui. Moi, je trouve que si tu acceptes d’évoluer, que tu acceptes le métier et que tu acceptes le changement dans le métier, c’est toujours de beaux moments ».

080

SARAH-JEANNE LABROSSE – Artiste d’émissions jeunesse (Le chalet & L’appart du 5e)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je suis ébranlée. Je suis très touchée par cette dose d’amour, c’est une grosse dose d’amour qu’on reçoit. J’ai juste envie de renvoyer l’amour que je reçois et de dire aux gens merci et aux jeunes que je les aime beaucoup ».

Pourquoi le public aime Le chalet?

« Parce que les jeunes se reconnaissent, ils savent qu’on ne leur ment pas et ils savent que les dynamiques sont réelles. Les sujets ça les rejoint parce que c’est exactement ça qu’on vit dans l’adolescence. On ne cherche pas à aller dans des trucs qui vendent des rêves et des trucs qui sont loin d’eux. C’est des histoires d’amour et de peines d’amour, c’est ce qu’on vit lors de l’adolescence ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« C’est quand je suis en train de jouer et je sens que je suis à un niveau que j’oublie que j’existe ailleurs et que je suis entièrement mon personnage. Sinon, il en reste plein d’autres à venir, j’espère ».

075

MARC-ANDRÉ GRONDIN – Rôle masculin séries dramatiques saisonnières (L’imposteur)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« C’est quelque chose que je partage avec toute l’équipe. On est vraiment une belle équipe soudée. Moi, je suis seulement le résultat. J’arrive à la fin et c’est moi qu’on regarde, mais je n’aurais pas pu gagner ce trophée s’ils n’avaient pas bien travaillé eux ».

Pourquoi le public aime L’imposteur?

« Je pense qu’on a voulu être original, quelque chose de différent et de surprenant. De leur donner envie de courir jusqu’aux toilettes pour aller pisser pendant les pauses publicitaires pour ne rien manquer. Je pense qu’on a réussi quand même ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« Si je n’avais pas fait C.R.A.Z.Y., je ne serai pas surement pas là et je n’aurais pas fait cette job-là. Et c’est sûr que je n’aurais jamais fait C.R.A.Z.Y., si je n’avais pas fait tous ses téléromans quand j’étais enfant lorsque j’ai tout appris du métier. J’ai été chanceux, j’ai fait mon chemin une marche à la fois ».

076

MAUDE GUÉRIN – Rôle féminin séries dramatiques saisonnières (Feux)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Je me sens chavirée, je ne m’attendais pas à gagner ce soir. J’étais vraiment heureuse de mon prix et de monter sur la scène. Mon fils était dans la salle et ça me mets tout à l’envers. Je l’ai même pas embrassé avant de monter car je n’en croyais pas mes yeux. Mais, je n’ai pas oublié de dire que je l’aimais à mon amoureux. C’est la première fois que j’étais en nomination pour le Gala Artis, c’est vraiment chavirant de voir toute l’équipe me sauter dessus et me donner tout plein d’amour lorsque mon nom a été nommé ».

Pourquoi le public aime Feux ?

« C’est une histoire bien écrite. C’est une grande histoire que Serge Boucher a écrite. C’est ça qu’il faut pour partir une grande série ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« Feux, j’en ai eu plusieurs beaux moments. C’est l’aboutissement de Feux qui a été un grand accomplissement dans ma vie ».

074

GINO CHOUINARD – Animateur d’émissions de services (Salut, bonjour!)

Comment tu te sens après avoir gagné un Artis?

« Très fier, très content et très heureux d’avoir à nouveau cette récompense du public. Les gens ont l’impression que j’y suis abonné, mais je suis chanceux d’avoir une connexion avec le public aussi solide et aussi intéressante ».

Pourquoi le public aime l’émission Salut, Bonjour! ?

« Je pense que c’est de l’empathie pour le public. C’est de la reconnaissance de ce qu’ils ont besoin d’avoir et d’entendre. C’est un travail quotidien acharné pour un respect pour le public ».

Quel est ton meilleur souvenir de ta carrière professionnelle?

« La première fois que je suis venu au Gala Artis, il y a dix ans. La première fois que j’étais nommé, je suis venu avec ma mère. C’était mon premier trophée et ça marque. Ma mère m’a beaucoup encouragé dans la vie. De la savoir à mes côtés lorsque ce premier trophée est arrivé, je me sentais très fier et très heureux ».

067

Autres gagnants de la soirée :

Catherine-Anne Toupin – Rôle féminin comédies (Boomerang)

Antoine Bertrand – Rôle masculin comédies (Boomerang)

Guy Nadon – Rôle masculin séries dramatiques annuelles (O’)